Films : Visa pour la francophonie

FRANCE

APNEE

de Jean-Christophe Meurisse/2016-1h29 avec Céline Fuhrer, Thomas Scimeca, Maxime Tual.

Comédie. Premier Film.

Ne serait- ce que pour la première scène, il faut aller voir Apnée, conte indécent sur nos vies en société, nos morales hypocrites, nos petites habitudes ! Pour Céline, Thomas et Maxence, l’harmonie est à trois. Ils veulent se marier, obtenir un logement, trouver un travail, avoir des enfants sages et manger des huîtres, tous jours, tous les trois. Ces insoumis, décadents ou inadaptés pour certains, dynamitent nos certitudes et nos valeurs traditionnelles. Ils interrogent la famille et la furieuse réalité économique et administrative avec humour, fantaisie et tendresse pour les autres bipèdes.

En quête de repères, de bonheurs éphémères, le trio improbable, au long de ce voyage initiatique, nous pousse à nous frotter à nos propres contradictions et renoncements. A ne pas mettre à la portée de tous mais à consommer sans modération.

Séances les 29 mars à 19h et le 2 avril à 21h30

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


DIVINES

de Houda Benyamina/2016-1h45 avec Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena, Jisca Kalvanda, Kévin Mischel

Caméra d’or au Festival de Cannes 2016- Sélectionné pour représenter la France aux Golden Globe et aux Oscars

Premier Film

Dounia, 15 ans, surnommée la Bâtarde, habite dans un camp de roms avec une mère paumée et alcoolique et passe ses journées dans la cité. Elle ne peut compter sur personne, à part Maimouna, sa meilleure amie. Guidée par sa rage, son envie de s’élever au-dessus de sa condition, elle va quitter son BEP Accueil et commencer à travailler pour une dealeuse, entraînant avec elle Maimouna, éprise de cette soif de vie qui se dégage de Dounia. A côté de la violence et de la dureté qui émaillent leur quotidien, l’humour et la luminosité du duo d’amies semblent tout braver.

Houda Benyamina signe avec Divines, une tragédie contemporaine, un film coup de poing, puissant, esthétique et bouleversant, servi par des actrices et acteurs éblouissants de talent et de fraîcheur.

Avec la comédienne Déborah Lukumuena, interprète de Maimouna, le jeudi 30 mars à 14h et le vendredi 31 mars à 10h15

Séance supplémentaire le 1er avril à 16h

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


L’EFFET AQUATIQUE

De Solveig Anspach/2016-1h23 avec Florence Loiret-Caille, Samir Guesmi, Didda Jonsdottir

Prix SACD (Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2016)

Amoureux d’une maître-nageuse, Samir prétexte de prendre des leçons de natation alors qu’il sait parfaitement nager. Quand un incident révèle la supercherie, Agathe, blessée, plante là Samir et file en Islande au 10ème  Congrès International des Maîtres-Nageurs. Samir se lance à sa poursuite. L’effet aquatique  est l’ultime film de Solveig Anspach, disparue en août 2015. Dans ce petit bijou, elle a eu l’excellente idée de choisir deux cadres opposés : d’abord l’univers clos d’une piscine municipale puis l’ouverture aux paysages d’Islande.

Dans les deux cas on y trouve des personnages foutraques, des situations burlesques, comme quand Samir plaide pour une réconciliation aquatique entre Israéliens et Palestiniens. Le tandem comico-romantique de Samir Guesmi, lunaire, et de Florence Loiret-Caille, fuyante et fragile, fonctionne parfaitement. Une comédie rafraîchissante et loufoque.

Avec le scénariste Jean-Luc Gaget le jeudi 30 mars à 20h45.

Séance supplémentaire le 2 avril à 14h

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


LE CIEL ATTENDRA

De Marie Castille Mention-Schaar/2016-1h30 avec Sandrine Bonnaire, Noémie Merlant, Clotilde Courau, Naomi Amarger, Yvan Attal

Nominations Festivals de Locarno et d’Angoulême. Nommé aux Césars, catégorie : Révélation féminine et Scénario.

Le film nous plonge dans l’enfer de deux jeunes filles, issues de classe moyenne et ne connaissant rien à l’Islam, mais qui, par quête d’absolu et d’idéal d’amour, sont devenues des proies faciles pour les rabatteurs de Daesh. Les deux jeunes actrices se glissent avec une aisance bouleversante dans la peau des personnages tourmentés. Ce film nous montre aussi la souffrance de parents, impuissants devant l’emprisonnement mental de leurs enfants et désespérés de n’avoir rien vu venir. La réalisatrice revient sur un thème de l’adolescence avec un angle brûlant : le processus de radicalisation des jeunes filles françaises subtilement décortiqué tout en préservant humanité et délicatesse.

Un film nécessaire qui montre bien le glissement de “la liberté de conscience à la conscience capturée”.

Séances les 29 mars à 14h, 31 mars à 10h15 et 3 avril à 18h30

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


LE FILS DE JEAN

De Philippe Lioret/2016-1h38 avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan, Marie-Thérèse Fortin

Apprenant par téléphone la mort de son père, Mathieu se rend au Québec pour y rencontrer ses deux demi-frères. Il est accueilli froidement par Pierre, le meilleur ami de son géniteur. Qu’est-ce qu’il est venu faire à Montréal ? Assister à l’enterrement de son père? Il ne l’a jamais connu. Rencontrer ses deux demi-frères? Ils n’ont jamais entendu parler de lui. La quête du père, la famille, le lien du sang, des sujets abordés dans ce film avec une grande délicatesse. La caméra saisit les visages et laisse planer les sentiments contradictoires sur les silences qui s’installent entre ces êtres.

Un film rempli d’émotion, d’intensité et de pudeur. Des personnages simples et beaux que leurs secrets révèlent et élèvent. Des comédiens remarquables.

Séances les 31 mars à 21h et  3 avril à 16h

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


MA VIE DE COURGETTE

De Claude Barras/2016-1h06 avec Gaspard Schlatter, Sixtine Murat, Paulin Jaccoud, Michel Vuillermoz

Premier Film.

Prix du long métrage et prix du public – Festival du film d’animation d’Annecy -

European Film Award du Meilleur film d’animation -  Prix du public – Festival de San Sebastian

Valois de Diamant – Festival du Film Francophone d’Angoulême

Icare, un petit garçon surnommé Courgette, croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère accidentellement. Raymond, le policier qui l’interroge, propose de le placer dans un foyer pour enfants. Là, il apprend à se faire des amis, Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice, qui ont tous connu, comme lui, une enfance difficile : maltraitance, abandon…

L’arrivée d’une nouvelle pensionnaire, Camille, va bouleverser Courgette, qui en tombe amoureux… Dans ce milieu protégé, les enfants vont apprendre à se reconstruire et à faire confiance. Comme eux, nous sortons grandis de ce film !

Séances  les samedi 1er avril à 14h30 et lundi 3 avril à 10h40

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


MERCENAIRE

De Sacha Wolff/2016-1h44 avec Toki Pilioko, Maoni Talalua, Teotola Maka

Premier Film.

Prix de la mise en scène au Festival du Film Francophone d’Angoulême, Label Europa Cinéma à la Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2016

Soane, Wallisien de 19 ans, est repéré par un recruteur pour jouer au rugby dans un club de Métropole. Il brave l’autorité d’un père violent pour suivre son rêve. Quand il débarque dans le Sud-Ouest, Soane est livré à lui-même. Il vit dans la précarité et subit déconvenue sur déconvenue. Il commence à faire ses preuves en équipe et découvre l’hostilité de certains joueurs, avant d’être confronté à certains arrangements régissant secrètement ce sport. Soane devra trouver sa place dans la mêlée du rugby professionnel, dans l’affrontement avec un père tyrannique et dans les rites de passage de sa tradition séculaire.

« Mercenaires », premier long métrage de Sacha Wolff, acteur, réalisateur, assistant à la réalisation, scénariste et directeur de la photo, est une fiction lyrique, proche d’une tragédie grecque.

Débat le 29 mars à  18h30 avec le club de Rugby à XV de Salon et l’O.M.S, en présence de l’acteur…

Séances supplémentaires les 31 mars à 10h15 et 4 avril à 10h15

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


NOUS TROIS OU RIEN

De Kheiron /2015-1h42 avec Kheiron, Leïla Bekhti, Gérard Darmon, Zabou Breitman, Alexandre Astier

Festival international du film de Tokyo 2015 : prix spécial du jury, Nomination : César 2016 pour la première œuvre

Premier film

Ce film relate les péripéties d’un jeune dissident iranien à l’époque de la transition entre le Shah et la République Iranienne de Khomeiny, de la prison à la clandestinité, jusqu’à la fuite rocambolesque avec sa femme et son fils en France où il devra se confronter aux problèmes d’intégration dans une ville de banlieue parisienne. C’est la vie mouvementée d’un homme de convictions, racontée par son fils, Kheiron, personnage émergeant de la scène comique multiethnique française et nouveau réalisateur talentueux. L’artiste iranien traverse ces situations avec la force d’un masque comique et tragique, comme le Benigni de « la vie est belle » ou le Woody Allen de « Bananas ».

Avec la fraicheur d’une BD qui nous fait réfléchir, Kheiron, nous offre une parabole sur la démocratie et l’intégration qui alterne moments de tendresse et d’hilarité.

Séances les 1er avril à 16h et 3 avril à 10h15

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


WILLY 1ER

De Ludovic et Zoran Boukherma, Marielle Gautier, et Hugo P. Thomas/2016-1h22 avec Daniel Vannet, Noémie Lvovsky, Romain Léger.

Prix Ornano-Valenti au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016, Grand Prix au Festival International du Film de Trouville 2016

Nomination au Festival de Cannes 2016, section ACID

Premier Film

Willy 50 ans, quitte pour la première fois ses parents, à la mort de son frère jumeau, pour s’installer seul dans un appartement .Il avance dans la vie et se raccroche à ses formules pour se donner du courage : « à Caudebec, j’irai. Un appartement, j’en aurai un. Des copains, j’en aurai. Et j’vous emmerde. ». Inadapté au monde actuel, il se confronte aux aléas et à des personnages parfois douteux. Aidé par un Pierrot transformiste et sa tutrice bienveillante, il poursuit son chemin, fidèle à sa ligne de conduite. Acteur de sa propre vie Willy/Daniel, nous balade à son rythme, sous la plume des 4 auteurs, dans son univers où sa différence, la différence pèse cruellement. Acteur oh combien sensible et touchant !

Avec les réalisateurs Ludovic et Zoran Boukherma, Marielle Gautier, et Hugo P. Thomas le vendredi 31 mars à 14h et le samedi 1er avril à 18h30.

Séances les 31 mars à 14h, le 1er avril à 18h30 et 3 avril 10h30

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


BELGIQUE

JE ME TUE A LE DIRE

De Xavier SERON/2016-1h30 avec Jean-Jacques RAUSIN, Myriam BOYER , Serge RIABOUKINE, Fanny TOURON

Magritte 2017 du meilleur acteur pour Jean-Jacques Raussin.

Premier film, Comédie en noir et blanc

Michel Peneud a décidé d’arrêter de fumer. Pourtant ça ne l’empêchera pas de mourir. Il le sait. C’est inéluctable. Tout ça, c’est de la faute de sa mère. En lui donnant la vie, elle lui a donné la mort. Depuis qu’il a décidé de mettre en vente la maison familiale et de placer sa génitrice en maison de retraite, Michel commence à perdre par plaques ses cheveux, une grosseur inquiétante est apparue sur sa poitrine. Symptômes qui ne sont pas sans rappeler le cancer de sa mère.

Mais elle, c’est le médecin qui le lui a dit et elle a décidé de vivre ! Et vivre, ça veut dire nourrir ses chats, boire du mousseux comme si c’était du champagne, et aimer Michel !

Film singulier, tourné en noir et blanc, à l’humour noir assumé, un rien étrange.

Avec le réalisateur Xavier SERON le mercredi 29 mars à 21h15

Séance supplémentaire le 2 avril à 10h15

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


CANADA

LA PEUR

De Damien Odoul/2015-1h 33 avec Nino Rocher, Pierre Martial Gaillard, Théo Chazal , Aniouta Maïdel

Prix Jean Vigo 2015

Gabriel a vingt ans en 1914. Comme beaucoup d’autres français mobilisés, il part à la guerre. Sur le front il découvre une réalité inimaginable et surtout un sentiment qui ne le lâchera plus : la peur. Ce film, librement inspiré du roman autobiographique de Gabriel Chevalier, raconte le vrai quotidien des poilus dans l’enfer des tranchées. Le réalisateur Damien Odoul réussit à mettre en images cette terrible expérience et à traduire les émotions qu’elle fait naître. Grâce à une mise en scène vivante, des images fortes et soignées comme des tableaux, une bande-son réaliste et une galerie de personnages haut en couleur, incarnés par des acteurs novices, Damien Odoul réalise un film choc et saisissant.

Séances les 2 avril à 21h15 et 3 avril à 10h15

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici


COTE D’IVOIRE

SANS REGRET

De Jacques Trabi/2015-1h42-VO avec Michel Bohiri, Bruno Henry, Prisca Maceleney, Naky Sy Savané…

Gaston est un père de famille modeste. Son maigre salaire de docker dans le port d’Abidjan lui permet difficilement de faire face aux dépenses du quotidien. Il décide un jour de participer à une tontine pour que son fils Faustin puisse intégrer, comme il le souhaite, l’école de Police Nationale. Hélas le soir même, alors qu’il rejoint son domicile, Gaston est agressé par des voyous qui lui dérobent son argent. D’abord ébranlé par ce coup du sort, Il relève la tête et décide de récupérer son bien. Il remonte la filière et rencontre Cercueil, le chef du gang. C’est alors que, pour l’amour de sa famille et l’avenir de son fils, sa vie va basculer…

Un conte social et moral dans les zones d’ombre de la capitale ivoirienne.

Filmographie : L’amour en bonus (2013).

Avec le réalisateur  Jacques Trabi le 2 avril à 18h30

Séance supplémentaire le 30 mars à 10h

Pour visionner la bande annonce : cliquez ici

Un monde à voir

Du 28 au 4 avril 2017