LES INVITÉS

Marilyne CANTO

Marraine des Rencontres Ciné

Comédienne formée à l'école du Théâtre National de Strasbourg (TNS) dont elle sort diplômée en 1990, elle joue au théâtre sous la direction de Jacques Lasalle et de Jean Jourd'heuil, puis au cinéma avec notamment Claude Chabrol, Dominique Cabrera, Manuel Poirier, Pierre Salvadori, René Féret, Maïwenn ou Robert Guédiguian. Également à la télévision avec William Karel ou Alain Tasma entre autres. Parallèlement à sa carrière d’actrice, elle est également l’assistante de Philippe Garrel et réalise plusieurs courts-métrages : Nouilles, Grand prix du festival de Brest, et Fais de beaux rêves qui reçoit le César du meilleur court-métrage et le Grand prix aux festivals de Clermont-Ferrand et Belfort. Sélectionné à Locarno et soutenu par la fondation Gan, Le Sens de l’humour est son premier long-métrage. Elle réalise aussi un documentaire Faire la paix pour Arte. Marilyne Canto choisit de jouer dans beaucoup de premiers films dont Après la guerre d’Annarita Zambranno et Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête d’Ilan Klipper au programme des Rencontres Ciné 2018 mais aussi dans la série Alex Hugo ou Toute ressemblance de Michel Denisot. Son actualité est riche : on la retrouvera dans les prochains films de Bernard Campan et de Thierry de Peretti.

Les Frères BOUKHERMA

Réinventent le film fantastique !

Nous avons la chance de les recevoir à Salon pour la projection de leur deuxième long métrage Teddy, label Sélection officielle Cannes 2020. Ils nous font le plaisir d'être présents cette année lors du week-end d'ouverture. A 28 ans, Zoran et Ludovic Boukherma, ce dernier déjà accueilli au festival en 2017 avec Marlène Gautier et Hugo P. Thomas, tous quatre réalisateurs de Willy 1er, et sortis de l’école de Luc Besson, signent un deuxième opus, Teddy, une vraie histoire de loup-garou en humour et noirceur sur la France rurale. Si leur premier film suivait le chemin d’un jeune handicapé en quête de liberté sur fond de pays ouvrier de Caux en souffrance, ici, les jumeaux traquent les maux des campagnes : l’exclusion sociale et la colère bestiale qu’elle engendre, celle de ceux qu’on pousse vers les marges, cette jeunesse défavorisée sans avenir qu’ils ont bien connue, ayant grandi dans un village paupérisé du Lot-et-Garonne. Ludovic et Zoran se sont nourris des récits de leur mère qui adorait Stephen King et ont créé un genre hybride, mélange de drame social, de burlesque et récit fantastique. Pour l’heure, ils se consacrent au montage d’une comédie dramatique tournée cet été avec Kad Merad, Marina Foïs, Jean-Pascal Zadi et Christine Gautier, l‘histoire d’un gendarme qui cherche à résoudre l’affaire d’un requin tueur...

Charlène FAVIER

"J’ai fait ce film pour ouvrir le dialogue"

Nous sommes particulièrement honorés de rencontrer la réalisatrice et scénariste, Charlène Favier, autodidacte de 35 ans, qui accompagnera la projection de Slalom, label Sélection officielle Cannes 2020, son premier film, le dimanche 26 septembre à 16h30. Derrière le parcours douloureux de Lys, l’héroïne de Slalom interprétée par la dense Noée Abita, se dévoile la blessure d’enfance de Charlène, ellemême abusée par son entraineur de sport de haut niveau : "Le cinéma", confie-t-elle, "l’a sauvée de plein de choses en tournant". Son écriture poignante et complexe dialogue avec intelligence sur les mécanismes de la triple emprise, celle de l’entraineur et de la réussite, celle de l’adulte et de ses règles, celle des pulsions d’un mâle prédateur. Un scénario qui a jailli de son inconscient, bien avant le mouvement #metoo et qu’elle a eu à cœur de défendre pour faire bouger les lignes : sous la glace, affleure la violence inouïe et se dessine le chemin difficile mais salvateur, emprunté par Lys. Notre regard est son regard, celle d’une enfant qui passe par son corps d’athlète, cet obscur objet de convoitise et désir, pour comprendre son statut de victime et acquérir sa liberté. Entre ombres et lumière.  

Ismaël EL IRAKI

le cinéma, une matière organique

Né au Maroc en 1983, Ismaël El Iraki est diplômé de la prestigieuse école La Fémis en réalisation. Le cinéma, pour lui, est un artisanat, un métier quasi manuel : il part d'une matière organique, des éblouissements, des obsessions et des vertiges, pour produire des imaginaires nouveaux, figer des mirages. Rencontre prévue le samedi 25 septembre à 20h30Passionné de musique, Ismaël fonde à Paris une société de captation de concerts. Le 13 novembre 2015, il se retrouve au cœur de l’horreur la plus absolue. Dans son chemin vers sa reconstruction, Ismaël écrit le scénario de Zanka Contact qui a la force de l’océan et la fougue d’un incendie. Présenté pour la première fois en sélection officielle de la 77ème édition de la Mostra de Venise, le film a reçu un accueil chaleureux de la part de la critique, couronné par le prix de la meilleure actrice Orizzonti, décerné à Khansa Batma. Le désir de ce film a avancé en lui comme ”un feu de forêt, en se nourrissant de tout ce qui était sur son chemin : les rues de Casablanca, le rock des Variations, le western de Leone, le fusil de chasse de Lilian Gish dans La Nuit du chasseur, la gouaille d’Anna Magnani dans Mama Roma, les bios de Lou Reed ou de Keith Richards... Mais aussi le soleil noir de la drogue et la terre rouge sang du Grand Sud marocain.”.

Daniel CHABANNES

Distributeur et Producteur

Après avoir travaillé à la télévision pendant de nombreuses années en qualité d’Assistant de production, Daniel Chabannes se dirige vers le cinéma pour devenir Régisseur puis, Directeur de production avec de nombreux réalisateurs tels que Philippe de Broca, Claude Sautet, James Ivory. Par souci d’indépendance, il crée Épicentre Films en 1994 pour y développer la coproduction et la distribution de films Arts et Essai, à ce jour 200 films au cinéma, à la télé et en DVD. Se focalisant sur le meilleur du cinéma indépendant, son catalogue contient aussi bien des réalisateurs émergents que confirmés, comme Manoël de Oliveira, Peter Greenaway, Kelly Reichardt, Carlos Saura ou Joao Pedro Rodrigues. Épicentre Films a récemment distribué Les étendues Imaginaires de Yeo Siew Hua, Nina Wu de Midi Z, Wet Season d’Anthony Chen. Daniel Chabannes, cette année, vient à Salon avec 4 longs métrages délicats et puissants : Loin de vous j'ai grandi, A nos enfants, The racer et Un printemps à Hong Kong. Côté production, Épicentre Films a coproduit les deux derniers films d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (Théo et Hugo dans le même bateau, Haut Perchés), Bambi de Sébastien Lifshitz et plusieurs films avec l’Amérique Latine (Le dernier été de la Boyita), et Nobody’s watching de Julia Solomonoff.

LES AMIS DU FESTIVAL

Dominique CHANSEL

Un historien du cinéma, passionné

Chaque année, Dominique Chansel, fidèle parmi les fidèles, nous embarque dans l’Histoire du cinéma avec émotion et anecdotes et c’est avec délectation que l’on se nourrit de ses explications détaillées. Il nous conte la fabrication des films qu’il porte, des œuvres singulières et précieuses et nous plonge dans l’environnement cinématographique et personnel des réalisateurs. Il intervient aussi au club Ciné de l’École de l’Air, créé il y a maintenant trois ans et témoigne de l’intérêt du cinéma comme clef de compréhension des enjeux internationaux et du monde tel qu’il va. Dominique a une vraie qualité, savoir s’adapter à des publics très différents.

Gaël LABANTI

Un amoureux averti du cinéma ART&ESSAI

’est toujours un plaisir et une gourmandise d’assister aux présentations de Gaël Labanti, Directeur artistique du Festival International du Premier Film d’Annonay depuis 2003, l’une des plus importantes manifestations cinématographiques de la Région Rhône Alpes et d’un tout dernier né, le Festival de Mâcon, Effervescence. Cet amoureux du 7ème Art n’a pas son pareil pour dévoiler les personnalités et sensibilités des créateurs, cinéastes, acteurs et comédiennes : il les aime et on y croit ! Il nous a longtemps caché sa passion des mots que l’on découvre dans un recueil de jeux de mots commis à l’âge de 24 ans Aime le Mot dit… On retrouve bien là l’esprit malicieux de l’adorable Gaël

Bastian MEIRESONNE

Critique, spécialiste du cinéma d'Asie et réalisateur

eaucoup l’espèrent avec sa pétulance et son envie de partage irrésistibles. Et il a répondu présent avec enthousiaste ! Directeur artistique du Festival International des Cinémas d’Asie de Vezoul dont l’édition 2020 a connu un succès inouï, il est aussi programmateur de plusieurs autres festivals à Genève ou Neuchâtel. Connu aussi pour être rédacteur à Coyote Mag ou Écran fantastique, il a co-signé une dizaine d’ouvrages dont le dictionnaire du cinéma asiatique et réalisé des documentaires, notamment Garuda Power - L’esprit du cinéma d’action indonésien.