LES INVITÉS
MarilyneCanto.jpg

Marilyne CANTO

Marraine des Rencontres Ciné

Comédienne formée à l'école du Théâtre National de Strasbourg (TNS) dont elle sort diplômée en 1990, elle joue au théâtre sous la direction de Jacques Lasalle et de Jean Jourd'heuil, puis au cinéma avec notamment Claude Chabrol, Dominique Cabrera, Manuel Poirier, Pierre Salvadori, René Féret, Maïwenn ou Robert Guédiguian. Également à la télévision avec William Karel ou Alain Tasma entre autres. Parallèlement à sa carrière d’actrice, elle est également l’assistante de Philippe Garrel et réalise plusieurs courts-métrages : Nouilles, Grand prix du festival de Brest, et Fais de beaux rêves qui reçoit le César du meilleur court-métrage et le Grand prix aux festivals de Clermont-Ferrand et Belfort. Sélectionné à Locarno et soutenu par la fondation Gan, Le Sens de l’humour est son premier long-métrage. Elle réalise aussi un documentaire Faire la paix pour Arte. Marilyne Canto choisit de jouer dans beaucoup de premiers films dont Après la guerre d’Annarita Zambranno et Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête d’Ilan Klipper au programme des Rencontres Ciné 2018 mais aussi dans la série Alex Hugo ou Toute ressemblance de Michel Denisot. On a pu la retrouver cet hiver dans le très touchant Presque de Bernard Campan et dans le thriller politique Un scandale d’Etat de Thierry de Peretti, mais aussi dans la série H24, 24 heures de la vie d’une femme qu’elle présentera lors de l’ouverture du festival. On la retrouvera dans L’île aux trente cercueils au côté de Charles Berling et Virginie Ledoyen, réalisé par Frédéric Mermourd, dans la série Petits meurtres d’Agatha Christie, dans Maman ne me laisse pas dormir de Sylvie Testud et au cinéma Neneh superstar de Ramzi Ben Ben Sliman.

VUrrea&NMasduraud_MarieRouge.jpg

Valérie URRÉA et Nathalie MASDURAUD

Réalisatrices

Depuis 2013, Valérie Urréa et Nathalie Masduraud collaborent à la réalisation de plusieurs documentaires et séries web. Leurs films traitent principalement de l'engagement des artistes à l’époque contemporaine. En 2018, elles reçoivent l'Etoile de la Scam pour leur film Focus Iran, l'audace au premier plan, coproduit par ARTE. Dans leurs dernières réalisations, elles se tournent davantage vers la fiction pour aborder le thème des violences faites aux femmes avec leur série européenne H24, 24 heures dans la vie d'une femme (Arte, 2021) et celui de l'invisibilisation de grandes figures féminines dans l'Histoire avec Alice Guy, l'inconnue du 7eme Art (Arte, 2022).


Valérie Urréa participera à la soirée d’ouverture le vendredi 25 mars et accompagnera la projection de 5 courts-métrages, issus du documentaire, H24, 24 heures de la vie d’une femme.

Anais Volpé.png

Anaïs VOLPÉ

Réalisatrice

D'abord comédienne au théâtre, Anaïs Volpé se forme à la réalisation en travaillant sur plusieurs films, depuis l’écriture jusqu’au montage. En 2016, elle écrit, réalise, monte et autoproduit le projet Crossmedia Heis (Chroniques), composé d’un long-métrage, d’une série et d’une installation artistique. Le projet est exposé dans divers lieux, sélectionné dans plusieurs festivals internationaux de cinéma (Festival International de Rotterdam-IFFR, Premiers Plans d’Angers, FIFIB...) et primé, entre autres, au Los Angeles Film Festival en 2016, devenant alors éligible aux Independent Spirit Awards. Elle coréalise ensuite la série documentaire Dans la jungle, avec un petit couteau à beurre..., soutenue par le CNC, qui interroge le concept de diplôme et le fonctionnement du système scolaire en France. Pour Entre les vagues, son premier long-métrage et notre film d’ouverture, elle collabore avec le directeur de la photographie américain Sean Price Williams (Good Time, Mad Love in New York) :

 

"Nous avons tourné entre deux confinements avec, pour tous, la conscience qu’il fallait agir vite. Il y avait ainsi, d’une part, la volonté que la vie l’emporte sur le climat anxiogène du moment, et de l’autre, une urgence à saisir la chance qui nous était offerte de pouvoir tourner. Notre ardeur à raconter cette histoire était telle que nous étions tous galvanisés : ce tournage fut intense et fou."

 

Anaïs Volpé sera présente aux Rencontres le vendredi 25 mars.  

jerome-bonnell(1).jpg

Jérôme BONNELL

Réalisateur et scénariste

Après deux ans d'études de cinéma à l'Université de Paris VIII, Jérôme Bonnell fait ses premiers pas de réalisateur en 1999 avec Fidèle, un court-métrage qui marque le début d’une longue collaboration avec la comédienne Nathalie Boutefeu. Après deux autres courts-métrages, il réalise à 23 ans son premier long-métrage, Le Chignon d'Olga, comédie douce-amère sur une famille en deuil, primée au Festival international du film de Chicago et sélectionnée au Prix Junior du Meilleur Scénariste. En 2005, son film Les Yeux clairs, lauréat du Prix Jean-Vigo, marque sa fidélité à une troupe d’acteurs qui ne cesse de grandir, composée de Nathalie Boutefeu, Florence Loiret-Caille, Marc Citti, Judith Rémy, Emmanuelle Devos, troupe que rejoignent ensuite Jean-Pierre Darroussin, ainsi que, pour son dernier long métrage, Anaïs Demoustier, Grégory Montel et Grégory Gadebois.


"Chère Léa, c’est une conjonction de désirs et de circonstances. J’avais écrit un film qui n’a pas vu le jour, faute de financements, devenu depuis une série pour Arte, Les hautes herbes. Par ailleurs, je me posais beaucoup de questions sur mon métier, sur la consommation effrénée des images et la place du cinéaste de plus en plus difficile à caractériser. Alors j’ai pensé aux fondamentaux du cinéma, je suis parti à la recherche d’un geste quasi-originel : choisissons un cadre, et mettons autant de soin dans ce qui est montré que dans ce que l’on cache, un film sur le hors-champ. Un hors-champ temporel, géographique, et, précisément, le hors-champ de la passion amoureuse."

 

Jérôme Bonnell sera présent aux Rencontres le samedi 26 mars à 20h45.

hassan fassili.jpg

Hassam, Fatima, Nargis et Zahra Fazili

Réalisateurs exilés

C’est tout une famille de cinéastes exilés que nous accueillons le dimanche 27 mars à 16h pour la projection unique de Midnight Traveller, le documentaire qu’ils ont réalisé trois ans durant, portables au poing, au cours d’un périple qui les ont menés d’Afghanistan en Allemagne où ils sont aujourd’hui réfugiés. A l’origine de cette aventure, les menaces de mort à l’encontre du réalisateur Hassan Fazili, l’obligeant à fuir avec sa famille le régime des talibans. Son crime : avoir ouvert un café culturel… Hassam Fazili, issu d’une famille de mollahs, a écrit plusieurs pièces de théâtre, courts-métrages et séries télévisées. Ses films Life again et Mr Fazili’s wife abordent avec humour le thème des droits des handicapés et des femmes en Afghanistan. Il a également été cadreur et régisseur d’extérieurs, notamment sur le film de Feo Aladag Inbetween Worlds (Entre deux mondes), sélectionné à la Berlinade 2014. Son documentaire Peace in Afghanistan dresse le portrait du chef taliban Mullah Tur Jan qui a déposé les armes et œuvré pour la paix.

Daniel Ziskind.jpg

Daniel ZISKIND

Producteur

Producteur français basé à Paris, Daniel Ziskind travaille dans l'industrie du cinéma depuis 40 ans. Il débute sa carrière comme assistant réalisateur sur de nombreux films de Claude Lelouch, Alain Resnais, Jean-Marie Poiré ou Yves Robert. En 2006, il met un pied dans l'industrie cinématographique du monde arabe, rejoignant la production de l'Immeuble Yacoubian (2006), réalisé par Marwan Hamed, présenté en avant-première à la Berlinale dans la section Panorama et vendu dans 39 pays en dehors de la région MENA. Depuis lors, il produit certains des films les plus influents et les plus réussis de la région, notamment Clash (2016) de Mohamed Diab, qui a ouvert la section Un Certain Regard au Festival de Cannes, Ali, la Chèvre & Ibrahim (2016) de Sherif el Bendary, projeté à Cannes Ecrans Juniors, Sheikh Jackson (2017) d'Amr Salama, présenté en avant-première au Festival international du film de Toronto, Yomeddine (2018) d'Abu Bakr Shawky, présenté en compétition au Festival de Cannes, Sawah (2019) d'Adolf El Assal, L'Homme qui a vendu sa peau (2020) de Kaouther Ben Hania, présenté en avant-première à la Mostra de Venise dans la section Horizons et présélectionné aux Oscars du meilleur film étranger, Souad (2020) d'Ayten Amin, en compétition au Festival de Cannes, Luxor (2020) de Zeina Durra ou encore Huda's Salon (2021) de Hany Abu Assad.


Un grand monsieur du cinéma arabe qui accompagne Amira (2021) de Mohamed Diab, le dimanche 27 mars à 19h, présenté en avant-première à la Mostra de Venise dans la section Horizons et Feathers (2021) d'Omar Al Zohairy, qui a remporté le prix de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes.

Screenshot 2021-08-25 at 17-02-26 Programme_A5_Rencontres_ciné2021 pdf.png

Daniel CHABANNES

Distributeur et producteur

Après avoir travaillé à la télévision pendant de nombreuses années en qualité d’Assistant de production, Daniel Chabannes se dirige vers le cinéma pour devenir Régisseur puis, Directeur de production avec de nombreux réalisateurs tels que Philippe de Broca, Claude Sautet, James Ivory. Par souci d’indépendance, il crée Épicentre Films en 1994 pour y développer la coproduction et la distribution de films Arts et Essai, à ce jour 200 films au cinéma, à la télé et en DVD. Se focalisant sur le meilleur du cinéma indépendant, son catalogue contient aussi bien des réalisateurs émergents que confirmés, comme Manoël de Oliveira, Peter Greenaway, Kelly Reichardt, Carlos Saura ou Joao Pedro Rodrigues. Épicentre Films a récemment distribué Les étendues Imaginaires de Yeo Siew Hua, Nina Wu de Midi Z, Wet Season d’Anthony Chen, Une vie secrète de Jon Garaño et Aitor Arregi, Loin de vous j’ai grandi de Marie Dumora, À nos enfants de Maria de Médeiros, The racer de Kieron J. Walsh et Un printemps à Hong Kong de Ray Yeung ou encore Ma nuit d’Antoinette Boulat. Côté production, Épicentre Films a coproduit les deux derniers films d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (Théo et Hugo dans le même bateau, Haut Perchés), Bambi de Sébastien Lifshitz et plusieurs films avec l’Amérique Latine (Le dernier été de la Boyita), et Nobody’s watching de Julia Solomonoff.

Cette année, il présentera le samedi 26 mars le très touchant Luzzu d’Alex Camilleri (14h30) et le magnétique Clara Sola de Nathalie Alvarez (16h30).

hugo sobelman.jpg

Hugo SOBELMAN

Réalisateur

Père producteur, mère scénariste, le bac en poche, Hugo Sobelman a préféré labourer le terrain de petits boulots, livreur de rushes ou préparateur de cafés, jusqu’à assistant de mise en scène pour Solveigt Anspach sur Queen of Montreuil, plutôt que d’intégrer une école de cinéma. Caméraman et monteur à Paris et Londres, il réalise des clips musicaux dès 2014 pour la maison de disques indépendants X-Ray, mêlant ses deux passions : une caméra spontanée qui aime saisir les éléments sur le vif et la musique. Le projet Soul kids est né de cette jonction et d’un voyage musical de six semaines à l’été 2016 de Chicago à la Nouvelle Orléans. Nombre de rencontres vertigineuses plus tard, tout était là : une musique pleine qui pense et qui panse, des champs de coton et des combats, l’histoire orale africaine et les luttes afro-américaines sociales et politiques.

 

"Soutenus par mes producteurs, je suis reparti et à la dernière étape de mon deuxième périple, je croise la STAX Music Académy, une école publique de Memphis. Tout que je cherchais était là pour un film choral avec une musique, vecteur positif sociétal, source d’inspiration pour la communauté et endroit d’exemplarité. Soul Kids fait appel à l’histoire culturelle noire et à la lutte pour les Droits civiques. C’est un billet d’humeur, une photographie d’un moment de la vie d’étudiants où la question raciale est un fond incontournable et vibrant."

 

Depuis Hugo Sobelman a réalisé avec son père Patrick Golda Maria, un documentaire sur son arrière-grand-mère, rescapée des camps de la mort.

Capture d’écran 2022-02-22 à 00.45.16.png

1000 VISAGES

Association 

L'école 1000 Visages est une association fondée en 2006 à Viry-Châtillon (91) par la réalisatrice Houda Benyamina (Divines : Caméra d’Or, 3 Césars, nomination aux Golden Globes), dans le but de former aux métiers du cinéma et de la série les jeunes qui en sont éloignés. Depuis plusieurs mois, l'association a amorcé son développement en région Sud et ouvrira en octobre 2022 une école à Martigues, au cœur de l'écosystème de Provence Studios, afin d'accompagner et former de façon plus intensive ses jeunes talents avec les 3 premiers parcours : réalisation, écriture et jeu d'acteur.

 

Un représentant de l’association sera présent à la projection unique des courts-métrages du mercredi 30 mars 10h30.

YOHAN MANCA - Portrait- ©James Weston_edited.jpg

Yohan MANCA

Réalisateur et scénariste

Originaire de quartiers populaires du sud de la Seine-et-Marne et de Pantin, Yohan Manca, qui a des racines méditerranéennes, a utilisé de nombreux souvenirs personnels pour nourrir son premier long métrage Mes frères et moi dont il signe le scénario. Comédien et metteur en scène, il n’a que 18 ans quand il monte la pièce de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, Pourquoi mes frères et moi on est parti... Il travaille ensuite sur d’autres projets, notamment avec Mohamed Kacimi (Moi la mort je l’aime comme vous aimez la vie). En 2012, il écrit et réalise son premier court-métrage Le sac, avec Corinne Masiero, sélectionné dans de nombreux festivals, puis Hedi & Sarah avec Judith Chemla et Thomas Scimeca qui aborde le thème du harcèlement, et Red Star avec Abel Jafri et Judith Chemla en sélection officielle au festival de Clermont-Ferrand 2021.

"Pour Mes frères et moi, mon approche n’était pas documentaire mais j’ai pris le parti de montrer ce qu’il y a de beau et de romanesque dans ces territoires-là. Donc il n’était pas question de filmer à l’épaule et en numérique, afin d’éviter de donner une sensation de tournage en urgence au cœur d’un endroit qu’on montre en permanence hostile, voire en guerre. J’ai opté pour une caméra sur pied, un point de vue doux, affirmé, et j’ai utilisé la chaleur de la lumière du sud, restituée par la pellicule, le 16 millimètres. Ça rend, à mon sens, tout beaucoup plus solaire et poétique." 

 

Rendez-vous avec Yohan Manca lors de la projection de Mes frères et moi le samedi 2 avril 20h30.

LES AMIS DU FESTIVAL
LES AMIS DU FESTIVAL
Screenshot 2021-08-25 at 17-09-44 Programme_A5_Rencontres_ciné2021 pdf.png

Dominique CHANSEL

Un historien du cinéma, passionné

Chaque année, Dominique Chansel, fidèle parmi les fidèles, nous embarque dans l’Histoire du cinéma avec émotion et anecdotes et c’est avec délectation que l’on se nourrit de ses explications détaillées. Il nous conte la fabrication des films qu’il porte, des œuvres singulières et précieuses et nous plonge dans l’environnement cinématographique et personnel des réalisateurs. Il intervient aussi au club Ciné de l’École de l’Air, créé il y a maintenant trois ans et témoigne de l’intérêt du cinéma comme clef de compréhension des enjeux internationaux et du monde tel qu’il va. Dominique a une vraie qualité, savoir s’adapter à des publics très différents.

LES AMIS DU FESTIVAL
Screenshot 2021-08-25 at 17-09-56 Programme_A5_Rencontres_ciné2021 pdf.png

Gaël LABANTI

Directeur artistique et amoureux du cinéma 

C’est toujours un plaisir et une gourmandise d’assister aux présentations de Gaël Labanti, Directeur artistique du Festival International du Premier Film d’Annonay depuis 2003, l’une des plus importantes manifestations cinématographiques de la Région Rhône Alpes et d’un tout dernier né, le Festival de Mâcon, Effervescence. Cet amoureux du 7ème Art n’a pas son pareil pour dévoiler les personnalités et sensibilités des créateurs, cinéastes, acteurs et comédiennes : il les aime et on y croit ! Il nous a longtemps caché sa passion des mots que l’on découvre dans un recueil de jeux de mots commis à l’âge de 24 ans Aime le Mot dit… On retrouve bien là l’esprit malicieux de l’adorable Gaël

LES AMIS DU FESTIVAL
Portrait Loubaki 2 (crédit - Anne de Nanteuil)_edited.jpg

Loubaki LOUSSALAT

Co-créateur d'Éloquentia

Artiste, écrivain, poète, slameur et membre du projet musical Parenthèse (fondé avec Bacem Berchach), Loubaki Loussalat arpente le bitume fleurissant des villes en y mettant sa touche de vers. Il anime des ateliers d’écriture créative et de déclamation de poésie slam. Co-créateur de la formation Eloquentia, il enseigne également la prise de parole en public ou l’art de l’éloquence, en France et à l'étranger. Prenant le parti d'une totale indépendance dans la création, Loubaki Loussalat prépare en ce moment son premier album autoproduit. Ce dernier abordera des thématiques fortes portées par des textes ciselés et un esprit hip-hop aux sonorités festives qui ne manqueront pas de vous faire danser.

Cette année, en partenariat avec les Rencontres, la médiathèque de Salon et la FNAC Salon, il proposera des ateliers d’éloquence au sein d’établissements scolaires mais aussi au Cinéplanet le samedi 26 mars de 10h à 12h. Gratuit.

LES AMIS DU FESTIVAL
Screenshot 2021-08-25 at 17-10-04 Programme_A5_Rencontres_ciné2021 pdf.png

Bastian MEIRESONNE

Critique Cinéma et réalisateur

Beaucoup l’espèrent avec sa pétulance et son envie de partage irrésistibles. Et il a répondu présent avec enthousiaste ! Directeur artistique du Festival International des Cinémas d’Asie de Vezoul dont l’édition 2020 a connu un succès inouï, il est aussi programmateur de plusieurs autres festivals à Genève ou Neuchâtel. Connu aussi pour être rédacteur à Coyote Mag ou Écran fantastique, il a co-signé une dizaine d’ouvrages dont le dictionnaire du cinéma asiatique et réalisé des documentaires, notamment Garuda Power - L’esprit du cinéma d’action indonésien.

LES AMIS DU FESTIVAL
1595225789292.jpeg

Xavier NATAF

Spécialiste inspiré du cinéma israélien

Fidèle des Rencontres et un ami précieux, Xavier Nataf a la fine connaissance du cinéma contemporain israélien et la compréhension de la complexité de ces terres moyen-orientales et d’une société en perpétuel mouvement. Il éclaire nos débats d’après projection d’un regard passionné et argumenté. Créateur et directeur du festival du film israélien de Marseille pendant 20 ans, il est aujourd'hui conférencier et producteur de podcasts autour du cinéma et séries israéliennes. Il nous donne rendez-vous en juin 2022 au Cinéma du Prado à Marseille pour une nouvelle édition de son festival aux côtés d’une équipe renouvelée.